18 janvier 2006

Taire ou ne pas taire le trouble

Dans les montagnes russes, tantôt on crie, tantôt on retient son souffle. On a peur, puis on se sent soulagé. Le trouble est ainsi fait. De haut, de bas, de sinuosités insoupçonnées. Un jour, il nous crie au visage, on trouve à peine l'énergie de suivre son rythme. Le jour suivant, on ne le perçoit plus, mais on sent qu'il se cache, on ne sait pas ce qu'il mijote, ce qui nous attend au bas de la montagne. Dans mon cas, inutile de poser la question. Que j'ignore le trouble ou non,  qu'il m'entraîne vers le haut ou le bas, je ne le... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2005

Deux pas derrière, un devant

Debout sur le pèse-personne, pieds nus et de dos, j’attends. Elle aussi. J’entends le balancier qui tranquillement se stabilise. Elle regarde, vérifie et contre vérifie. Je ne vois pas le résultat, mais je m'en doute. Je descends. Silence.- On s’en parlera dans mon bureau, me murmure-t-elle. Qu’est-il arrivé? Pourquoi n’ai-je pas mieux senti le mouvement de ma marche vers l’espoir qui subtilement a fait marche arrière? Se peut-il que j’aie été aveuglée par un irrésistible besoin de guérison? Que la lumière de la délivrance m’ait... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2005

Quand plaire rime avec enfer

Pourquoi l'oubli de soi au profit de l'Autre survient-il presque systématiquement chez les victimes de troubles alimentaires? Moi, j'ai commencé à me perdre de vue le jour où j'ai voulu faire comme tout le monde. Le jour où je ne voyais plus ce que pouvait m'apporter mon unicité. Où je trouvais nul tout ce qui faisait de moi, moi. J’avais envie de me fondre parmi les autres. Faire partie du gang à n'importe quel prix. Mes blessures antérieures avaient réussi à me convaincre du peu de valeur auquel j’avais droit. Ma crainte de la... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2005

Vaincre l'obsession d'un aliment réconfort

Depuis les tous débuts de mon anorexie, et même en période de rétablissement, j'ai une obsession pour un aliment en particulier qui ne m'a jamais quittée. Je ne saurais m'en passer, tellement qu'il arrive que cette obsession m'empêche d'être à l'aise dans des situations où je n'y ai pas accès. Par exemple, des sorties au resto ou des nuits passées ailleurs que chez moi. L'aliment en soi n'est pas nocif pour la santé, il est même très nutritif et sain, mais c'est plutôt l'obsession qui me rend la vie difficile. J'aimerais le considérer... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2005

Image corporelle

Ce soir, en thérapie de groupe, nous abordions l'image corporelle... Ah! Que de remous dans l'esprit de chacune d'entre nous. Les copains, les copines, les maillots, le sport, les complexes, les fesses, la cellulite, le premier french, la première baise, les premières caresses, les miroirs. Les muscles, le gras, les mensurations, les attentes sociales. Les craintes, le linge, la mode, l'image. L'image corporelle. C'est un combat de tous les instants; la tête à jamais insatisfaite du reste, du corps qui pend sous elle. Détachée,... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2004

Grands maux, petites pilules

Ce matin, de peine et de misère, j'ai finalement pris ma première pilule, avec accompagnement téléphonique en prime! Je désirais laisser passer un peu de temps, histoire de voir comment je me sentais loin du travail. Évidemment, même si l'environnement Cie n'avait rien pour illuminer ma vie, l'éloignement professionnel ne règle pas tout. Au contraire, tout ce temps dont je dispose m'angoisse par moment, moi qui n'étais plus tellement motivée par quoi que ce soit. Je ne sais pas tellement vers quoi me diriger et suis un peu perdue par... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2004

Tête contre corps

La tête et le corps n'arrivent pas à s'unir pour ne faire qu'un. Tous les jours, j'éprouve ce sentiment lorsque je me croise dans une glace. J'essaie cependant de maîtriser mon désir de me regarder. Mais si c'est plus fort que moi, je me force à me complimenter. Même si cela me fait pleurer... Car j'ai encore de la difficulté à trouver mon corps beau.Dans ces moments-là, et même si je trouve souffrant de le faire, je regarde attentivement les parties de mon corps qui me complexent, je les touche aussi et je les remercie d'exister. Ces... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2004

Résistance d'Ana

Résistance d'Ana Le pas à faire, la porte à franchir est si minime au fond. J'y suis presque. De l'autre côté, j'aperçois les Autres. Ils ne me voient pas, ma tête n'est pas assez grosse, ma voix assez forte. Prise dans le miroir, je ne me vois plus aussi bien qu'avant. Je me sens faible, comme les autres maintenant, qui succombent aux gourmandises sans remords. Moi, avant je pouvais m'en passer. Les quatre murs se rapprochent, me serrent, m'empêchent de respirer. Je pense mourir parfois. Sans passion, sans caresse, sans enfant, sans... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2004

Lettre à Ana

Chère Ana, J’en ai fait du chemin pour te fuir. L’horizon au loin me paraît encore bien souvent inaccessible, car tu es toujours là, dans ma tête, à m’observer : « qu’as-tu mangé? C’est trop. Ne mange pas si vite! »… Vas-tu te taire un jour? Je n’en peux plus de t’entendre! Vas-tu laisser ma tête tranquille? En sortir? Me permettre de respirer? Je n’ai pas choisi de t’avoir dans ma vie; tu es venue à moi. Tu m’as un jour prise en charge, en otage. Tu m’as prise par la main pour m’amener dans un lieu où je ne sentirais plus la... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2004

Grande pause

Je déambule dans les rues, les yeux embués de larmes. Des pleurs incontrôlables secouent mon corps. Quand je suis seule, je me sens si vide et inutile, si perdue et désemparée, si coupable et incompétente. Incompétente même face à moi-même, dans les propres occupations dont moi seule suis témoin au quotidien. Arriverai-je un jour à me défaire de ces souffrances, à me libérer de ces peurs qui m’étouffent et de la solitude atroce qui me gruge par en dedans. Celle qui, jour après jour, tue chaque parcelle d’espoir que j’aurais peut-être... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]