19 février 2006

L'anorexie dans Le Devoir

J'entre à la Maison de la presse hier en début de soirée, à la recherche d'une bonne revue, d'une lecture de détente. En approchant l'étalage de journaux, mon oeil arrête aussitôt sa trajectoire sur Le Devoir. À la une: L'anorexie frappe au primaire. Un titre qui fesse fort, qui fait mal. Mon coeur se resserre. Mais en entendre parler de nouveau me soulage. Ça me soulage qu'on ne cesse de vouloir comprendre. Parce que s'il existe une maladie mentale incomprise, c'est bien l'anorexie et les troubles alimentaires en général. La... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2006

Trouver et lâcher prise

Et créer l'équilibre entre les deux. Autant autrefois j'ai pu être timorée, portée à éviter les contacts, à les craindre surtout, autant aujourd'hui, je fonce les yeux fermés et je ne cesse de provoquer des occasions de rencontres, de plaisirs, de contacts avec l'Autre, amie, amant, frère, soeur. Du temps perdu à rattraper. Du temps seule à oublier. Un besoin de me sentir vivante, d'enfouir la solitude bien loin, de ne pas penser qu'au fond, elle subsiste. Malgré tout. Je perds l'équilibre. La balance chavire d'un côté comme de... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2006

Jeans porte-bonheur

Depuis plusieurs semaines, le matin, je prends d'interminables minutes pour choisir quoi porter, et, évidemment, j'opte toujours pour le même morceau porté mille fois, parce que je ne suis plus à l'aise dans rien. Je ne crois pas être une victime de la mode, mais enfiler mon pull tant adoré et constater qu'il est couvert de petites moumousses indécrottables a de quoi exciter mes fibres magazineuses. Armée de la plus grande confiance en ma beauté naturelle, prête à affronter les vendeuses les plus tenaces ou les plus... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2006

Si loin, si proches

J'ai longtemps pensé que je pouvais tout dire, et que quoi que je pense, quoi que je fasse, l'opinion qu'ont certaines personnes de moi ne changerait jamais. Seulement, davantage maintenant qu'avant et pendant le trouble, je ressens de curieux malaises dans mes conversations. Je n'arrive pas encore à saisir ce dont il s'agit. Je crois sincèrement qu'avec certains, j'étais sur une meilleure longueur d'ondes quand je m'efforcais de leur plaire et que je taisais un peu trop qui j'étais. Plaire à tout le monde, à n'importe quel prix.... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2005

Hiberner

N’est-il pas facile de se confiner dans le confort douillet de son chez-soi tout l’hiver, et de mettre notre isolement sur la faute du froid, des vents, et des trottoirs enneigés et glacés? Notre solitude ne nous paraît-elle pas moins chronique, moins personnellement et intimement imprégnée en nous? Nécessairement, on s’imagine que tous font de même. La main plongée dans le bol de maïs soufflé, on arrive presque à oublier qu’à la fin du film, on n’aura personne à qui parler, tandis qu’ailleurs, dans le confort d’un autre salon, sur un... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2005

Ah! la perfection

Si j'écoutais la perfectionniste en moi, j'écrirais ici tous les jours. Je reciterais autant sur les futilités et le sérieux de ma vie quotidienne que sur les exploits et les flops de mes projets brico ou les tentatives culinaires réussis ou non qui mijotent dans mes chaudrons. Mais la réalité d'aujourd'hui en a décidé tout autrement. Le retour d'un rythme de vie normal nécessitait un réajustement et un réapprivoisement de mon emploi du temps. D'abord, vivre de nouveau la frénésie des matins et des après-midi de semaine dans le métro... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2005

Écrire pour vivre passionnément

Ouf! Presque un mois loin de mon espace, mon refuge, mon ici et maintenant. L'écriture fait partie de ma vie; aucun doute là-dessus aujourd'hui. Par contre, force m'est d'avouer que les heures de travail supplémentaires, le soleil, la chaleur et l'amant m'éloignent momentanément du clavier et de l'écran. Malgré tout, l'écriture, les mots, les lettres ne me quittent plus. Les instants instables d'autrefois, ceux lors desquels je pouvais douter de ma vocation, se sont bel et bien volatilisés pour de bon. Je suis plus que jamais... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2005

Sortez le champagne!

Pourquoi si silencieuse dernièrement? Disparue? Peut-être. Amoureuse? Possible. Accidentée? N'imaginons pas le pire... À dire vrai, je n'avais pas la tête à écrire, aussi surprenant que cela puisse paraître. Pas que je sois de nature renfermée, au contraire. Depuis quelque temps, m'ouvrir aux autres n'est justement plus du tout un effort. Je me lance, je fonce et advienne que pourra. Mais cette fois, à mon insu, mon corps devait exiger de moi une énergie supplémentaire pour ce qu'il se préparait à faire... Sortez les fraises et le... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2005

Bulle, envole-toi

Le temps. Qu’en dit-on le plus souvent? Qu’il presse? Qu’il passe trop vite? Qu’on ne le voit pas passer? Qu’il file entre les doigts? Qu’on en manque toujours autant? Qu’il faut rattraper celui que l’on a perdu? Oui, on dit tout cela, mais qu'en est-il des exceptions? Celles qui le feraient s’éterniser, qui le rendraient interminable, qui feraient croire que les aiguilles de l’horloge se sont arrêtées? Suspendues en attendant. En attendant que l’on arrive à tourner la page, à vivre le deuil, à passer au chapitre suivant…Un mois.... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2005

Sortir de son hibernation

N’est-il pas facile de se confiner dans le confort douillet de son chez-soi tout l’hiver, et de mettre son isolement sur la faute du froid, des vents, et des trottoirs enneigés et glacés? Notre solitude ne nous paraît-elle pas moins chronique, moins personnellement et intimement imprégnée en nous? Nécessairement, on s’imagine que tous font de même. La main plongée dans le bol de maïs soufflé, on arrive presque à oublier qu’à la fin du film, on n’aura personne à qui parler, tandis qu’ailleurs, dans le confort d’un autre salon, sur un... [Lire la suite]
Posté par Alazia Poo à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]