25 décembre 2005

Les Fêtes

Ce ne sont pas les changements ni les bouleversements qui ont manqué. Je m'explique difficilement cette absence. Peut-être ne nécessite-t-elle justement aucune explication. Faut bien en profiter quand ça arrive. Les explications et analyses continuelles à la longue, on en a marre.
Matin de Noël, donc. De toute la famille, je suis seule éveillée, assise à la grande table de la salle à manger. Le contraire m'aurait étonnée. Mon corps subit encore les élans d'adrénaline des dernières semaines. Boulot, contrats, cadeaux, ça m'en faisait beaucoup sur le dos. Le réveil se fait toujours aussi tôt. 
Contre toute attente, nulle fausse note cette année. J'en attends toujours quelques-unes, comme une sorte d'habitude. Les fêtes ne figurent pas parmi mes périodes préférées; l'historique est là pour en témoigner. Même la joie et l'excitation qui m'animent quand je zieute les réactions de ceux à qui j'offre mes confections ne me rendent pas l'image que je me renvoie moi-même plus tolérable. C'est pathétique, je tourne en rond avec ce dégoût du célibat. Ça revient comme la mauvaise herbe sur le plus beau des gazons.
Mais cette fois, surprise. L'humeur en hausse, l'indifférence face aux irritants d'autrefois, la conscience d'être là, en santé, toutes ces parcelles de réflexions se sont soudées en moi pour me permettre de toucher le plaisir. Je n'en demandais pas plus. C'est peut-être ça au fond. Considérer ce que l'on a et oublier ce que l'on croit ne pas avoir.

Quoi souhaiter alors pour 2006? Du fun? Oui, du fun avec du monde. Rien que du fun. Avec un peu d'effort, tout indésirable devrait rapidement prendre le bord.
Allez, santé!

Posté par Alazia Poo à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Fêtes

Nouveau commentaire