30 juin 2005

Faire la paix avec son corps I

Plusieurs états d'esprit, parallèles, partenaires ou paradoxaux ponctuent, tels des obstacles ou des adjuvants, le rude et douloureux sentier de la guerre contre la maladie. Les états de corps accompagnent ceux de l'esprit. Le parcours corporel de la combattante est semé d'embûches qu'elle doit vaincre pour délivrer son corps martyrisé et ainsi le conduire vers une acceptation inconditionnelle de sa propre réalité tangible.

D'un pas plutôt lent et parfois hésitant, j'ai avancé, et reculé. À l'occasion, je me suis avouée vaincue, mais souvent j'ai crié victoire. Je n'ai pas remporté tous les petits combats qui faisaient rage au quotidien, mais à bout de souffle, j'ai quand même fini par gagner la grande guerre, celle qui grondait en secret. Et la sérénité s'est installée.
Il n'y a pas si longtemps, tenter de faire la paix avec mon corps suffisait à me vider de mes énergies.  J'y consacrais tout mon temps, toutes mes pensées, tous mes états. Mes cuisses, mes fesses, mes bras, mon ventre, mon cou, rien n'échappait à mon oeil de lynx toujours insatisfait, à mon trouble toujours à l'affût des soi-disant imperfections. Les réflexions provoquées et entretenues par ma psychothérapie chez BACA n'ont pas été mes seuls adjuvants; j'ai adopté petit à petit une autre façon de sentir mon corps et un nouveau bien-être corporel, grâce à des lectures spécifiques dont je vous partage aujourd'hui des extraits que j'ai moi-même traduits*. Je ne saurais dire avec exactitude à quel moment précis je me suis sentie bien dans mon corps. Cela vient avec le temps et à la suite de l'assimilation continue des nombreux facteurs thérapeutiques.
Enfin, un jour, j'ai constaté avec surprise et satisfaction personnelle que je ne me rappelais pas quand avait eu lieu mes dernières pensées obsessionnelles vis-à-vis de mon corps...
Objectifs importants à garder en tête
1. Concevez votre corps comme une demeure que vous pouvez utiliser et dont vous pouvez profiter pleinement.
2. Enrichissez votre esprit et pensez au-delà de la minceur comme beauté ultime; constatez la beauté des gens autour de vous.
3. Remplacez votre racisme anti-gros par le respect de tous, peu importe leur taille.
4. Voyez les gens comme des êtres humains, plutôt que comme des objets ayant certaines caractéristiques physiques.
5. Arrêtez de vous peser. Débarrassez-vous de votre balance si vous en avez une.
6. Cessez d’utiliser votre poids et le contrôle que vous en faites comme les indices de votre valeur; valorisez-vous simplement pour qui vous êtes profondément.
7. Portez des vêtements qui vous plaisent et dans lesquels vous êtes à l’aise, en vous rappelant que vous méritez de vous sentir bien.
8. Tentez d'augmenter les occasions d’être bien et de diminuer celles dans lesquelles vous n’êtes pas bien avec votre corps.
9. Par vos pensées, vos mots et vos actions, rejetez le discours social destructif selon lequel on doit être le plus mince possible.
D'autres textes suivront sur le même thème.
* Traduction libre afin de favoriser une meilleure compréhension pour des fins thérapeutiques seulement.
Extrait tiré du livre de Susan Kano, Making Peace with Food

Posté par Alazia Poo à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Faire la paix avec son corps I

Nouveau commentaire